Financement de l'agriculture familiale

Résumé sur l’Etude d’un mécanisme de warrantage au nord du Bénin

La lutte contre l’insécurité alimentaire reste d’actualité dans les pays d’Afrique au Sud du Sahara comme le Bénin où l’accès d’une tranche de la population de certains départements aux aliments durant toute l’année est une préoccupation majeure pour tous. Dans ce pays, l’insécurité alimentaire est largement répandue en milieu rural où les  ménages agricoles ayant théoriquement des bilans vivriers excédentaires sont paradoxalement aussi touchés. Le « bradage » des produits vivriers à la récolte est souvent à la base de ce phénomène.
Le projet d’Appui au Développement des Communes et aux Initiatives locales (ADECOI) dans son rôle d’appui-conseil aux communes du Borgou et conformément à l’un de ses objectifs qui est de contribuer à la lutte contre l’insécurité alimentaire, a donc pris l’initiative de promouvoir le warrantage dans les sept communes bénéficiaires de son action en particulier et dans le département du Borgou en général. Le warrantage en effet garantit une meilleure répartition des ventes au cours de la saison en même temps qu’il améliore la disponibilité du crédit rural. Il est, de ce fait, considéré comme un instrument essentiel de lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté. Le warrantage est le fait de garantir un crédit par un produit agricole. Il est ainsi mis en œuvre au Nord-Bénin par l’ONG  SIA N’SON, en partenariat avec plusieurs groupements de producteurs.

Une étude a été conduite dans cette structure et dans les groupements qui ont adhéré à l’initiative dans la commune de Sinendé afin de comprendre, à travers une étude diagnostique, comment le mécanisme est mis en œuvre et quelles en sont les contraintes. Les données ont été collectées et analysées en appliquant les observations participantes, les entretiens avec les personnes ressources, la méthode de classement par paire et la statistique descriptive. Au terme du diagnostic, il ressort que l’efficacité et la pérennisation du warrantage dans la commune de Sinendé nécessitent une implication accrue des structures décentralisées de vulgarisation-conseil agricole pour améliorer le système de stockage, suivre l’utilisation faite des crédits reçus par les producteurs et assurer un bon approvisionnement en intrants agricoles. Le dispositif mis en œuvre mérite également d’être ajusté pour garantir un taux d’adhésion élevé parmi les producteurs pauvres.

Cette étude a été conduite par Tassou Moubarakatou et Esaïe Gandonou, respectivement Junior agroéconomiste et Dr. Ingénieur agroéconomiste à la Faculté des Sciences Agronomiques de l’Unversité d’Abomey-Calavi au Bénin, Département Economie, Sociologie et Vulgarisation Rurales.

Télécharger ici l’étude complète

Publicités

5 thoughts on “Résumé sur l’Etude d’un mécanisme de warrantage au nord du Bénin”

  1. Une étude très intéressante….je crois que ce concept reste inconnu de la plupart d’entre nous…mais ma préoccupation est la suivante : le crédit est il octroyé avnt le deebut de la campagne agricole ? Si. Oui. , danns le cas où le producteur finit par avoir une production en dessous de sa prévision équivalente peut-être au remboursemennt du crédit , et ceci à cause de nmbreuses contraintes d’ordre climatique par exemple’n’comment gére t-il finalement ce genre de situation ?

    1. Merci Sofwaan pour ton commentaire. Mais heureusement que le crédit est octroyé à la fin de la récolte. Le crédit reçu est fonction du nombre de sac déposé. Par exemple, lorsque le producteur récolte 10 sacs de maïs, il peut décider de garantir 5 sacs et de garder le reste pour sa consommation. Il recevra donc le montant que l’institut de micro-finance décide d’octroyer. Généralement pour le maïs, elle octroie 10 000FCFA/sac. Donc, le producteur recevra en somme 50 000FCFA. Avec les expériences passées sur les marchés, on est sur qu’après deux mois le prix du sac de maïs dépassera 10 000FCFA. En ce moment le producteur peut décider de vendre le stock sous la supervision d’un agent de l’IMF et rembourser sur le champs le crédit. Le crédit reçu leur permet en fait d’entreprendre une Activité Génératrice de Revenu pendant la période de soudure.

  2. j’ai remarqué dans mon village de stage (Guinrou dans la commune de nikki) que les producteurs reçoivent les intrants en contrepartie des produits de récoltes comme le maïs par exemple. Alors mon inquiétude ici est de comprendre sous quelle forme se traduit le warrantage?. Autrement est-ce que le warrantage sous-entend aussi fourniture d’intrants aux producteurs en contrepartie du sacs de maïs?

    1. A Sinendé où j’ai conduit mon étude, le warrantage se traduisait sous la forme de réception d’une somme d’argent en contre partie des produits récoltés. Mais l’idée aussi et c’est l’idéale d’ailleurs etait d’arriver à leur fournir des intrants en lieu et place de l’argent. Cela permet de garantir une bonne préparation des campagnes agricoles. Et j’ai appris tout récemment que cette forme de warrantage que j’ai rencontrée à Sinendé a déjà évolué vers la forme que tu as rencontrée à Nikki.

  3. Ah là c’est bien mais la question que je me pose par rapport à cette première forme évoquée en haut est celle si: est-ce que le producteur est impliqué dans le choix du prix auquel le produit doit être vendu?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s