Financement de l'agriculture familiale, L'agriculture familiale : que nous disent les experts?

Appel à propositions pour bonnes pratiques

Chers Abonnés,
La Division de la protection sociale (ESP) de la FAO aimerait vous inviter à participer à l’étude mondiale «Le rôle des organisations rurales dans la protection sociale», menées sous l’objectif stratégique de la FAO «Réduire la Pauvreté Rurale». Dans ce cadre un appel à propositions pour bonnes pratiques est lancé, et reste ouvert jusqu’au 29 Mai 2015.

L’objectif de cette étude est de construire une base de connaissances pour les décideurs et les praticiens du développement pour évaluer le potentiel des organisations rurales à participer à la conception, la mise en œuvre et le suivi de la protection sociale des pauvres ruraux. L’appel à propositions est publié à toutes les divisions techniques et bureaux décentralisés de la FAO, les agences de développement intéressées et d’autres partenaires extérieurs, invitant ses collègues à participer à cette étude et soumettre des propositions de bonnes pratiques.

Vous trouverez plus de détails sur l’historique et le contexte de l’étude dans la note conceptuelle. Vous êtes invités à envoyer vos commentaires sur les principales questions abordées par l’étude en utilisant les formulaires ci-joint (Formulaire A, Formulaire B):

  1. Quelles tâches les organisations rurales peuvent-elles effectuer dans les programmes nationaux de protection sociale? (Formulaire A)
  2. Quelles pratiques collectives de gestion des risques contribuent-elles à améliorer la résilience des populations rurales pauvres, et à protéger leurs moyens de subsistance et leurs actifs en cas de besoin? (Formulaire B)

Le résultat de cette étude sera présenté au travers d’une série de produits :

  • Des notes techniques documentant les pratiques sélectionnées ;
  • Un rapport analytique mettant en évidence les facteurs clés de succès et les leçons apprises ;
  • Un briefing pour les politiques ;
  • Un forum électronique engageant des experts externes et des praticiens sur ce sujet.

Les contributions seront soumises par e-mail à fsn-moderator@fao.org au plus tard le vendredi 29 mai 2015. Les instructions pour l’élaboration et la soumission de votre proposition sont dans les formulaires attachés.

Pour tout complément d’information ou éclaircissements, n’hésitez pas à contacter le FSN (Forum global sur la sécurité alimentaire et la nutrition) à l’adresse sus-écrite.

L'agriculture familiale : que nous disent les experts?

Le poisson autrement fumé améliore les revenus des Ivoiriennes

Une nouvelle technologie de séchage du poisson pourrait contribuer à réduire les risques pour la santé, accroître la sécurité sanitaire et la qualité des aliments, améliorer les conditions de travail et diminuer les pertes alimentaires dans les villages de pêcheurs d’Afrique de l’Ouest, a annoncé mardi l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), à l’origine de cette innovation.

Le poisson fumé, une source vitale d’alimentation et de revenus…

Selon l’agence de l’ONU, le poisson fumé est préféré par les populations locales de nombreuses communautés côtières du continent à d’autres sources de protéines telles que le lait, la viande et les œufs, en raison de sa saveur, de ses bienfaits nutritionnels, de son prix compétitif et de sa durée de conservation qui oscille entre 3 et 6 mois. « En Côte d’Ivoire, par exemple, on estime de 20 à 30% les prises locales marines et d’eau douce qui sont consommées sous forme de poisson fumé », a expliqué la FAO dans un communiqué de presse à Rome.

Le fumage traditionnel comporte certains problèmes…

Toutefois, « avec les techniques traditionnelles de fumage, on est appelé à brûler de grosses quantités de bois, d’où, d’une part, la production d’un énorme volume de CO2 responsable d’une augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Et d’autre part, le fumage traditionnel émet des polluants – les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), cancérigènes et dangereux pour le système respiratoire de l’homme », a expliqué une experte des industries de la pêche à la FAO, Yvette Diei Ouadi.

La solution technologique FTT, promue par la FAO…

Pour insuffler un vent de technologie dans le fumage du poisson, la FAO a spécialement conçu la technique FTT (fourneau à double fonction de cuisson et de séchage mécanique, pouvant également servir au stockage), afin d’aider les petites transformatrices à préparer et à commercialiser du poisson fumé sûr et de bonne qualité. Selon l’agence de l’ONU, la technologie FTT, fruit de cinq ans de perfectionnements successifs, permet d’améliorer facilement les fours traditionnels et réduit sensiblement les produits cancérogènes issus du fumage. En même temps, elle diminue la quantité de combustible nécessaire et a une capacité de charge cinq fois plus grande que les fours barils traditionnels ou deux fois plus grande que le four Chorkor.

Une technologie qui rencontre du succès…

A Abobodoumé, un village de Côte d’Ivoire, les nouvelles composantes du FTT rencontrent un franc succès auprès des femmes s’occupant de la transformation du poisson. Parmi leurs préférées, selon la FAO, figure une plaque de collecte de la graisse du poisson qui leur permet de la réutiliser comme huile de cuisson ou pour la fabrication de savon. « Nous sommes si heureuses car désormais, grâce à la technique FTT, nos conditions de travail ont vraiment changé », a affirmé Deborah Oulou, une Ivoirienne interrogée par la FAO.  « Nous travaillons désormais dans des conditions d’hygiène », a confirmé Micheline Dion Somplehi, une autre femme interrogée qui transforme du poisson à Abobodoumé. Selon la FAO, la réduction des temps de fumage et des risques sanitaires permet également aux femmes de consacrer davantage de temps à leurs fonctions de mère et de gardienne du foyer.

Cette nouvelle technique pourrait bien être expérimentée dans d’autres pays comme le Bénin où le poisson fumé est produit en grandes quantités et largement consommé par les populations du sud-Bénin. D’ailleurs, la FAO a indiqué que le FTT rencontre déjà du succès dans d’autres pays africains pratiquant la pêche, dont le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la Tanzanie et le Ghana.

Communiqué de la FAO

L'agriculture familiale : que nous disent les experts?, Rencontres, colloques, forum, congrès

Au cœur du Livelihoods Camp 2015, l’agriculture familiale…

Du 23 au 26 février 2015, Livelihoods et SOS SAHEL organisent le Livelihoods Camp au Burkina Faso. Le but de cet événement est de trouver des solutions pour rendre l’agriculture familiale plus durable et productive, surtout en Afrique.

Une initiative pour réinventer l’agriculture familiale en Afrique

Pendant 4 jours, des responsables d’ONG, des organisations de producteurs, des entreprises, des décideurs économiques et politiques, des paysans, des chercheurs, et d’autres experts de terrain reconnus, travailleront ensemble pour partager leurs expériences et concevoir, construire et proposer des solutions viables que les communautés rurales peuvent appliquer elles-mêmes pour vivre dans des écosystèmes durables qui servent de fondement à leur sécurité alimentaire et à leurs revenus. Le Livelihoods Camp réunira plus de 150 acteurs engagés pour l’agriculture familiale durable.

… Et un concours pour révéler le Talent des Paysans

En septembre 2014, les organisateurs ont lancé le concours international « Les paysans ont du talent ! » dont le but est de valoriser les meilleures réalisations, grandes ou petites, qui ont contribué par des solutions efficaces à améliorer durablement la production et les conditions de vie de communautés paysannes.  Tous les lauréats du concours ont mis en œuvre des projets inspirants qui ont amélioré les moyens d’existence de communautés paysannes. Ils participeront également au camp afin de présenter leurs initiatives, rencontrer une variété d’acteurs engagés pour l’agriculture familiale durable et participer à des ateliers de réflexion.

Pour information, le Livelihoods est un fonds d’investissement carbone soutenu par des entreprises réputées et socialement responsables (http://livelihoods.eu). SOS SAHEL est une ONG internationale dont la vocation est d’améliorer la sécurité alimentaire des populations au cœur de l’Afrique (http://sossahel.org).

Pour plus d’informations sur le camp, les thèmes du concours et les participants (http://livelihoodscamp2015.org).

L'agriculture familiale : que nous disent les experts?

La famille, maillon fort de l’agriculture qui nourrit le monde…

SOS Faim vient de produire une nouvelle animation dont le but est de nous amener à découvrir et comprendre, en un rien de temps, l’agriculture familiale et ses enjeux. Le tout au travers du portrait d’une famille.

Animation – le pouvoir de la famille from SOS Faim on Vimeo.

Pour ceux qui ne pourraient la lire, en voici une transcription:

La famille: solution à la faim dans le monde.
842 millions de personnes souffrent encore de la faim dans le monde, soit une personne sur 8. Pourtant une solution existe: la famille. Par sa force, sa détermination et sa solidarité,  elle nous prouve qu’elle est à la hauteur de ce combat mondial.

Exemple de Monsieur « Diakolo » et sa famille
Monsieur « Diakolo » est prêt à tout pour nourrir sa famille, mais pour cela il lui faut des terres, et des moyens nécessaires pour bien s’équiper. Et c’est toute la famille qui s’y met. Des plus petits aux plus grands, chacun sait ce qu’il a à faire, et c’est efficace. Quand la récolte est bonne, il peut échanger une partie de son arachide contre du riz pour nourrir sa famille. Quand la récolte est adondante, une partie du surplus est stockées pour faire des réserves … et le reste est vendu au marché pour diversifier l’alimentation de la famille. Une grande partie de ce qui est vendue est réinvestie dans l’exploitation, les outils le bétail, et donc elle peut grandir. Monsieur « Diakolo » a maintenant les moyens d’offrir une bonne éducation à ses enfants, l’accès aux soins de santé et un logement décent. Il est serein, il sait que lorsqu’il sera trop vieux pour travailler, ses enfants prendront le relais de son héritage, parce qu’ils ont conscience que l’agriculture familiale est le meilleur moyen de s’assurer un avenir heureux.

A condition que tout se passe bien pour les agriculteurs et leur famille…
Aujourd’hui, 500 millions de foyers vivent de l’agriculture familiale. Si nous donnons les moyens aux familles de développer leur agriculture, elles pourront se nourrir et sortir de la pauvreté. Et c’est pourquoi SOS Faim soutient les familles, en leur apportant une aide technique, organisationnelle et financière. Parce que dans l’adversité rien n’est plus fort qu’une famille.

Et vous? Êtes-vous prêts à les aider?

L'agriculture familiale : que nous disent les experts?, Les TIC: le tremplin pour une agriculture inclusive

L’agriculture familiale digitalisée par SOS Faim

SOS Faim vient de lancer sa nouvelle plateforme informative multimédia sur l’agriculture familiale. Vous y trouverez tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’agriculture familiale, qui plus est que la plateforme est en français.

La plateforme www.agriculturefamiliale.org présente la situation actuelle des agricultures familiales, en fait un état des lieux sur chiffres, évoque les enjeux, les acteurs impliqués, les atouts, les obstacles, et les leviers d’action… Le tout au travers de photos, d’infographies, de textes et de vidéos.

Découvrez par vous-mêmes… et surtout partagez sans modération.